Jeanne d'Arc, une femme de combat

Jeanne d'Arc, une femme de combat

Retour

Image du medaillon de Jeanne d'Arc

Je suis née vers 1412 à Domrémy, village du duché de Bar, je suis morte sur le bûcher le 30 mai 1431 à Rouen, capitale du duché de Normandie alors possession anglaise. On me considére comme une héroïne de l'histoire de France, chef de guerre et sainte de l'Église catholique, surnommée posthumément « la Pucelle d'Orléans ». Au début du XVe siècle j'ai reçu de la part des saints Michel, Marguerite d'Antioche et Catherine d'Alexandrie la mission de délivrer la France de l'occupation anglaise. Je parviens à rencontrer Charles VII, à conduire victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, à lever le siège d'Orléans et à conduire le roi au sacre, à Reims, contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de Cent Ans, tout en prenent en compte que je suis une femme, j'ai été considérée comme une militaire. J'ai été capturée par les Bourguignons à Compiègne en 1430, je suis vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg, comte de Ligny, pour la somme de dix mille livres. Je suis condamnée à être brûlée vive en 1431 après un procès en hérésie conduit par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais et ancien recteur de l'université de Paris. Entaché de nombreuses irrégularités, ce procès voit sa révision ordonnée par le pape Calixte III en 1455. Un second procès est instruit qui conclut, en 1456, à mon innocence et ma réhabilite entièrement. Je fais partie des personnalités les mieux connues du Moyen Âge.