HYPATIE D'ALEXANDRIE

Retour

Philosophe Néoplatonicienne , Astronome Mathématicienne Grecque

Philosophe et mathématicienne grecque, je suis née vers 370 après Jésus-Christ à Alexandrie, sous domination romaine. Mon père, Théon d’Alexandrie, est le dernier directeur de la Grande Bibliothèque. J'ai étudié les sciences, en particulier l’astronomie et les mathématiques. On connaît peu de choses de ma vie et de mon œuvre, si ce n’est quelques lettres et des écrits ultérieurs. J'ai enseigné la philosophie dans la lignée de l’école platonicienne et aurais commenté des ouvrages de mathématiques. Je suis la première mathématicienne dont la vie est bien documentée. Je suis décrite comme un génie universel. Aucune preuve ne permet d’affirmer que j'ai publié des travaux indépendants sur la philosophie, ou réalisé des découvertes mathématiques importantes.

À mon époque, les érudits préservent les œuvres mathématiques classiques et les commentent pour développer leurs arguments, plutôt que de publier des travaux originaux. Il est également suggéré que la fermeture du Mouseion et la destruction du Serapeum aient pu conduire mon père et moi à concentrer nos efforts sur la préservation des livres mathématiques fondateurs, afin de permettre qu'ils restent accessibles à leurs étudiants. La Souda affirme que tous mes écrits sont perdus ; des recherches modernes ont cependant identifié plusieurs œuvres pouvant avoir été écrites de ma main, sans toujours s'accorder sur les identifications de ces dernières et le degré de probabilité que j'en soit l'autrice. J'ai écrit en grec, qui était la langue parlée par les personnes les plus instruites en Méditerranée orientale à cette époque.

Dans l'Antiquité classique, l'astronomie est considérée comme essentiellement mathématique. Par ailleurs, aucune distinction n'est faite entre les mathématiques et la numérologie ou l'astronomie et l'astrologie. J'ai rédigé un commentaire sur les Arithmétiques, œuvre en treize volumes de Diophante écrite aux environs de l'an 250. Il contient plus de cent problèmes mathématiques, pour lesquels des solutions sont proposées en utilisant l'algèbre j'ai écrit par ailleurs un commentaire du traité d'Apollonios de Perga sur les sections coniques qui a depuis disparu. J'ai également créé un Canon astronomique, un ensemble de tables décrivant les mouvements des corps célestes. Je suis morte aux mains de chrétiens fanatiques en 415.

source